UNIVERSITE POPULAIRE DES OLONNES

L'éducation pour tous tout au long de la vie

Conférences
 en partenariat
avec la Collectivité
territoriale
des Sables d'Olonne 
          
 Lieu: La gargamoëlle
Mercredi 18H15-19H45 
Voir programmation


                                 CONFÉRENCES - DÉBATS 2022-2023 
                                     JARDINER...PASSIONNÉMENT !


________________________________________________________________________________________________________________________
 12 octobre projection du film « Le monde en un jardin», film documentaire de Frédérique Pressmann. 
       En présence de la réalisatrice
 

 16 novembre 2022 « Bête comme chou ? » Le jardin potager dans la France de l’Ancien Régime 
Sous l’Ancien Régime, un remarquable engouement pour l’entretien d’un potager et 
d’un fruitier s’empare des élites françaises. Toute maison des champs se doit d’avoir un jardin 
potager-fruitier, tout propriétaire de consommer légumes, herbes aromatiques et fruits issus 
de son jardin. Le potager se retrouve ainsi au cœur de la naissance d’une nouvelle cuisine 
bientôt renommée et d’un modèle culturel où voisinent l’idéal du bon ménager et les règles 
de savoir-vivre de la civilité. Même le bon prêtre s’investit dans le jardinage au point de 
donner naissance au « jardin de curé ». Quant à la paysannerie, le potager demeure un 
espace vital pour fournir au pot les légumes et les aromates de la soupe quotidienne. 
Jardin du quotidien, d’aucuns diraient trivial, le potager nous plonge de fait au cœur du 
fonctionnement de société de l’Ancien régime, de ses réussites, de ses peurs et de ses 
aspirations. L’histoire du jardin potager est une histoire de savoir-faire, de techniques et 
d’outillages, d’acclimatation et de sélection de plantes vivrières venues d’Europe et d’ailleurs, 
mais également une histoire d’imaginaires, de la pauvreté associée aux pois et aux fèves à 
l’excellence sociale affichée par les légumes primeurs et les espaliers. 
Derrière les plates-bandes de choux, de salades et de carottes, l’humble potager répond à 
des enjeux économiques, sociaux et politiques majeurs. Alors bête comme chou le potager ? 
Pas si sûr… 
Florent QUELLIER, maître de conférences en histoire moderne Université d’Angers
 
 11 janvier 2023 « Le jardin, c’est la santé ! » 
La nature, le jardin sont vivants et constituent l’environnement dans lequel l’être 
humain s’épanouit et peut trouver les ressources nécessaires à son bien-être et à sa santé 
au cours de son cycle de vie. Le jardin peut accompagner l’être humain dans sa vie 
quotidienne par simple immersion, de façon active ou passive, notamment en ville dans des 
espaces à dominante minérale. 
Il peut aussi l’accompagner dans des situations difficiles de mal-être ou de santé 
altérée. Dans ce cas nous aborderons le concept des jardins à visée thérapeutique dans les 
établissements de soin dont l’usage s’inscrit dans le traitement thérapeutique du patient pour 
favoriser sa guérison. Les théories explicatives des bienfaits du jardin sur la santé physique, 
mentale et sociale permettent de réfléchir sur la conception des espaces de nature urbains 
mais également sur la médiation végétale dans les établissements de soin. 
Gilles GALOPIN, enseignant-chercheur en sciences du végétal  
Institut Agro Rennes-Angers
 
 8 mars 2023 « Passe encore de rêver, mais planter à cet âge ! » 
Passions de jardinier en littérature 
Si le jardin des œuvres littéraires est souvent doté d’une forte valeur symbolique à la  
mesure des événements qui s’y déroulent et des atmosphères que les auteurs cherchent à  
créer, l’attention à ceux qui les créent et les cultivent est un objet littéraire plus étroit. 
La figure du jardinier ne présente sans doute pas un potentiel littéraire, ou en tout cas  
romanesque, très évident ou abondant du fait de la technicité de son rôle : remplie des  
savoirs horticoles et de la patience imposée par le rythme des saisons, une telle figure n’est  
en effet apparemment pas la meilleure candidate pour entrer dans l’ordre des passions 
. Au contact des réalités de la terre, le jardinier n’est-il cependant pas susceptible  
d’exercer son art avec passion ? Et quelles formes pourrait prendre un tel engouement dans  
les œuvres littéraires ? À travers les œuvres de trois auteurs de trois époques différentes,  
Jean de La Fontaine, Gustave Flaubert et Pierre Gascar, on envisagera les différentes  
formes de la passion que peut engager l’activité du jardinier. 
Isabelle TRIVISANI-MOREAU, maître de conférences en littérature française.  
Université d’Angers 

 12 avril 2023 
« Comment concevoir un écosystème urbain viable ?» 
Il est temps d’avoir une posture intelligente vis-à-vis de ce qui est déjà là. Dans les 
pays développés, on ne construit chaque année que 1% équivalent du bâti existant. Dans ce 
1%, quelle est la part de l’écoresponsable abouti ? Rien par rapport à ce qui continue à se 
faire… C’est catastrophique. Ce n’est pas avec le neuf que nous allons sauver la planète. 
Nous devons travailler sur l’existant : réhabiliter les bâtiments, les transformer et surtout 
arrêter de les détruire. Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Durable, le dit 
simplement : « Les cinquante dernières années, on a équipé la France, les cinquante à venir, 
on va la réhabiliter. » 
Tout l’enjeu est de réduire drastiquement la nécessité du déplacement. La disposition 
des villes doit être pensée à partir du logement. Comment en intégrant la question du temps 
dans l’aménagement du territoire peut-on vivre mieux ? Rendre mixtes les quartiers, 
rapprocher le travail des logements, créer des tiers lieux, ces changements déjà en cours 
sont nécessaires. Il faut réduire les déplacements contraints et privilégier les déplacements 
collectifs. En somme, nous devons revenir à un aménagement antérieur des territoires, 
remettre des rails sur les anciennes voies SNCF abandonnées par exemple. Un regard 
différent au plus près des territoires, considérer le bien-être de l’humain dans son milieu : là 
est l’essentiel. 
Aimer le monde déjà là. Faire mieux avec moins. Ménager la terre, les lieux, les milieux et les 
sociétés. Soignons, épargnons pour retrouver le territoire fertile de la frugalité heureuse et 
créative. 
Philippe MADEC, architecte urbaniste, écrivain. Professeur en architecture et paysage. 

 10 mai 2023 « Le jardin en images » 
Origines, caractéristiques, représentations artistiques  
des jardins dits « anglais 
Cette conférence permettra de souligner la grande diversité, à la fois géographique et 
culturelle, des « sources » (hollandaises, françaises, italiennes, orientales) qui ont 
progressivement fusionné pour donner naissance, au 18ème siècle, à un objet appelé « jardin 
paysager à l’anglaise ». Je m’appuierai sur l’étude de tableaux à la fois anglais (Thomas 
Gainsborough, John Constable, William Hannan…) et continentaux (Claude Lorrain, Poussin, 
Claude Monnet…). On étudiera également les caractéristiques changeantes de cet espace, 
tendu tout à la fois vers une imitation de la nature et un goût prononcé pour l’artifice. 
Enfin, le temps long permettra d’analyser d’autres œuvres picturales et plus largement 
visuelles afin de dégager certaines filiations contemporaines de ce jardin « anglais ». On 
pense par exemple au « Dernier Jardin » du réalisateur et artiste britannique Derek Jarman 
(réalisé entre 1986 et 1994), au jardin intitulé le « Dédale de la Pensée » (présenté lors du 
Festival des Jardins de Chaumont-sur-Loire par le Cabinet Archétude, en 2018), et à 
l’influence du mouvement esthétique japonais dit « wabi sabi » et son travail sur l'asymétrie 
et l'imperfection qui, trois siècles plus tard, n’est pas sans rappeler les représentations 
picturales des jardins anglais des origines.  
Joël RICHARD, maître de conférences en civilisation britannique. 
Université Bordeaux-Montaigne 

 21 juin 2023 « Cultiver son jardin, c'est tout naturel ! » 
Le jardin est un espace aménagé pour cultiver légumes, fruits ou fleurs. C'est une  
source de bonheur pour tous, le jardinier produisant pour lui et ses proches tout en se faisant  
plaisir. 
Dans cette conférence, nous montrerons l'évolution des jardins en fonction des plantes 
cultivées et des objectifs fixés : alimentaire, esthétique, sociétal (jardins ouvriers et familiaux)  
et bien-être. Ensuite, nous montrerons comment atteindre ces objectifs, apparemment  
contradictoires, de productivité et de qualité de vie, en appliquant les méthodes du jardinage  
au naturel : gestion de l'eau, limitation des engrais, suppression des pesticides, utilisation du  
contrôle biologique, gestion des cultures associées… 
Thierry HUGUET, directeur de recherche, retraité du CNRS 
Michel LETARD, ingénieur horticole, Institut national d’Horticulture Angers 
Membres de l’association « Jardiniers du Pays des Olonnes »
















 
              Fichiers: historique des conférences